Rapide et propre, la construction en bois s’impose

Un peu moins de béton, un peu plus de souplesse : le bois a permis d’ériger en douze mois une résidence de 200 logements à tarifs sociaux pour étudiants en plein Marseille. Une niche d’activité prometteuse pour TPF-i.

 

«  Très utilisée en Suisse et en Autriche, la construction en bois dont les techniques ont bien progressé commence à s’imposer dans les esprits. Et nous venons de réaliser une belle référence avec le bâtiment en R+7 de la résidence universitaire Lucien Cornil inaugurée le 7 décembre dernier à Marseille » rapporte Jean-Marc Astruc, directeur du pôle bâtiment à la Direction des opérations régionales (DOR) Occitanie.

L’édifice de 22 m de haut – pour 4 830 m2 de surface de plancher – commandé par le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) Aix Marseille Avignon est l’une des toutes premières résidences du genre en France.

La construction en maîtrise d’ouvrage directe a permis de réaliser des économies suffisantes pour compenser le surcoût engendré par l’usage du bois, versus le béton. Le plus souvent, les Crous ont, en effet, l’habitude de passer par un bailleur social qui construit pour leur compte et assure ensuite la gestion des résidences.

« Mais le gain principal a été de déployer une installation de chantier légère et de pouvoir travailler bien plus proprement. Même si l’étape de préparation est importante, les équipes ont apprécié de se confronter à ce nouveau modèle de construction » relève Jean-Marc.

 

Une patte minimaliste, fonctionnelle et moderne

Couverte d’une résille métallique, la résidence est réalisée en structure 3D à base de panneaux en lames de bois massif croisées (“cross laminated timber”, CLT) qui permettent de réaliser des murs, planchers, et toitures. À l’exception de la dalle du rez-de-chaussée, des deux cages d’escalier et de la cage d’ascenseur qui sont en béton, tout est en bois. « La structure est autostable par les panneaux CLT entre studios et les murs CLT des circulations. Les cages escaliers et ascenseurs sont désolidarisées du reste du bâtiment pour éviter la transmission des bruits d’impact.

L’acoustique est aussi un sujet important. Il faut être attentif aux assemblages entre panneaux et aux bruits d’impact ».

La résidence propose une architecture élégante, à la patte minimaliste, fonctionnelle et moderne. Les étudiants acquittent une facture qui recouvre le loyer, l’intégralité des charges, la fourniture d’un accès à internet en haut débit et le petit mobilier équipant les logements en version 16,5 m2 (303 euros/mois) ou 25,5 m2 (432 euros/mois).

 

A+ et TPF-i, une fructueuse collaboration

« Nous avons déjà gagné cinq des six concours auxquels nous avons participé avec le cabinet A+. Nous collaborons en ce moment sur l’aéroport “low cost” de Montpellier (démarrage du chantier en décembre 2017), ville où nous travaillons également ensemble pour la construction de 100 logements étudiants pour le Crous (DCE rendu en décembre)» conclut Jean-Marc Astruc.

 

Lieu : Marseille (13)

Maître d’ouvrage : Crous Aix Marseille Avignon

Partenaires :

A+ Architectes (34), mandataire de l’équipe de Maîtrise d’œuvre ; BET environnement, Celcius environnement (34) ; L’Echo (34) économiste ; Arteba (maîtrise d’œuvre d’exécution et OPC).

Mission TPF-i : Base MOP pour les lots structure (béton et bois), VRD, électricité, courants forts et courants faibles, CVC, plomberie sanitaire + missions complémentaires : Acoustique et EXE CVC.

Budget travaux : 8,6 millions

 

Les collaboratrices et collaborateurs du projet :

Philippe Gabet puis Wissem Chouikha (Chef de projet), Isabelle Caylar et Benito Vincent (Ingénieure et technicien CVC), Bertrand Chabas (Ingénieur électricité), Michel D’Onorio Di Meo (Ingénieur acoustique).

 


© site cabinet A+/service