Mounier, l’esprit Grenoble

Ouvert sur la ville, composé de trois pôles et capable d’accueillir 1300 élèves, le plus important lycée d’Isère va retrouver sa vocation après de quatre ans de travaux, après avoir failli fermer ses portes.

 

Érigé en 1963 pour construire la nouvelle métropole grenobloise et relier le centre-ville aux quartiers sud, le lycée Emmanuel Mounier – du nom du fondateur de la célèbre revue philosophique « Esprit » – était sous la menace d’une fermeture définitive depuis 2010. C’était sans compter sur la mobilisation des élèves de cet établissement emblématique où le premier délégué de classe de France a été élu. Après cinq ans de bataille, un budget de 52 M€ débloqué par le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes permettait finalement de poser la première pierre d’un chantier de construction déconstruction début octobre 2017.

« C’est une refondation complète puisque le nouvel établissement va accueillir dans un premier temps les 600 élèves de Mounier, puis les 450 élèves du lycée professionnel Jean Jaurès transférés à partir de 2019 et enfin ceux du Collège lycée élitaire pour tous – ouvert aux jeunes qui veulent reprendre un scolarité – en 2021, portant ainsi la capacité totale du site à 1300 élèves », explique Luc Vazart, directeur des opérations régionales (DOR) Auvergne-Rhone-Alpes. Un restaurant scolaire (400 places), un internat (200 places) et  quelques logements de fonction, plus un pôle sportif restructuré. Le projet, contraint par sa localisation en centre-ville et par le déroulement des travaux en site occupé, mobilise actuellement une dizaine de collaborateurs de TPF-i et notre filiale Secmo (lien papier hub) pour les plans d’exécution béton. Le BIM occupe une place de choix dans les plans puisque TPF-i travaille avec l’équipe d’architectes sous logiciel Revit à la conception de la maquette numérique. La maintenance des installations du lycée sera facilitée grâce à cette démarche.

 

Un grand jardin pour étudier

Le bâtiment d’origine construit à l’alignement de l’avenue Berthelot fermait complètement les espaces du lycée à la ville. À l’inverse, le nouveau bâtiment d’enseignement se développera  perpendiculairement à l’avenue pour emmener le regard vers la profondeur des espaces du lycée. Depuis la cour, on aura la perception du grand paysage ouvert sur les massifs de Belledonne, du Vercors et de la Chartreuse. Une mise au vert qui s’accompagne de travaux aux normes HQE avec toitures végétalisées, stockage des eaux pluviales, panneaux solaires, conception bio-climatique niveau BEPOS.

L’ensemble porte sur 18 000 m2 de plancher avec une option d’extension à 1500 élèves. « C’est une référence importante qui nous a permis de concourir notamment pour un lycée de même taille situé à péage du Roussillon. »

 

Lieu : Grenoble (Isère)

Maître d’ouvrage : Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes

Partenaires :

Ataub Architectes (Rouen), mandataire du projet associé au cabinet Arto (Lyon); Etamine (69) BET HQE; Colutea (84) paysagiste.

Mission : ingénierie générale avec conception à l’aide d’une maquette numérique BIM.

Budget travaux : 40 millions

 

Les collaboratrices et collaborateurs du projet :

Christel Briand (Directrice d’affaires), Olivier Panis (Chef de projet), Bruno Morange (Ingénieur structure), Sylvain Berthollet (Ingénieur thermique), Anicet Bochu (Ingénieur électricité).

Lycée Mounier Grenoble 38