Les grands travaux de Lariboisière

C’est un chantier de grande ampleur qui devrait prendre fin en 2024 avec la livraison d’un bâtiment de haute technologie, numérique et innovant en termes d’organisation des soins : TPF-i signe un fleuron de la médecine nouvelle génération.

Pour bien se rendre compte du projet, citons quelques chiffres. Le «nouveau Lariboisière», c’est une restructuration monstre portant sur 51 000 m2 de surface dans œuvre (SDO) équipés de 17 blocs opératoires. La capacité d’accueil grimpera à 610 lits dont la maternité qui passera de 2 700 à 3 200 naissances par an, et les urgences de 100 000 à 140 000 personnes. En grandissant Lariboisière réduira de 20 % la place de l’hospitalisation, augmentant d’autant celle de l’ambulatoire.

Datant du milieu du XIX e siècle, l’hôpital conçu sous une forme pavillonnaire, très fragmentée, ne répondait plus aux exigences d’une médecine moderne. Ainsi, le service des urgences distant de 800 mètres de son unité d’hospitalisation de courte durée, via un souterrain, rend les parcours de soins particulièrement difficiles et complique la tâche des soignants.

Un énorme défi et un test pour les nouvelles normes hospitalières

« La difficulté majeure va consister à maintenir le fonctionnement et l’activité du site 365 jours par an et 24 heures sur 24. Nous avons été notifiés en mars et nous avons réalisé une grosse partie du diagnostic dans le cadre de cette première phase qui concerne la réhabilitation des peignes historiques E, F et G du corps de bâtiment principal et la reconstruction du nouveau Morax qui est un bâtiment tertiaire (2500 m2) accueillant notamment la centrale d’énergie permettant d’alimenter tout le site», expose Daniel De Lemos, directeur de l’agence Ile-de-France . Il faudra assurer la continuité des liaisons en flux techniques et logistiques tout en dissociant et protégeant l’ensemble des activités du site des différentes opérations de travaux (déconstruction et de construction) du projet selon un phasage complexe parfaitement élaboré. La totalité du projet sera conduit sous BIM, mobilisant pour TPFi une dizaine de collaborateurs. «  Notre travail d’ingénierie va aussi porter sur l’application concrète du nouveau référentiel environnemental HQE 2016 proposé par CERTIVEA pour les établissements de santé en cours de mise au point. Nous allons en quelque sorte roder le système sur ce projet pilote qui est le plus gros chantier jamais réalisé par TPF-i dans ce secteur d’activité ».

Lieu : Paris

Maître d’ouvrage : Assistance publique Hôpitaux de Paris (AP-HP)

Partenaires : Brunet Saunier Architecture (mandataire) et Bernard Desmoulin (architecte associé), Edeis (BET fluide et réseaux incendie), Alto ingénierie (HQE), AE 75 (économiste)

Mission : désamiantage, curage, démolition de bâtiments, structures, VRD, acoustique

Budget travaux : 118 millions (première tranche)